Comment protéger les personnes vulnérables ?

239
Partager :

Source : OFSP

En raison de la propagation mondiale du SARS-CoV-2, les équipements de protection (masques, lunettes de protection, pardessus, gants) doivent être utilisés de manière appropriée. Il doit être utilisé avant tout pour protéger, d’une part, les professionnels de santé qui soignent les personnes et, d’autre part, les personnes vulnérables.

A découvrir également : Qui hérite en cas de donation au dernier vivant ?

Les règles d’hygiène et de conduite de la campagne de l’OFSP « Voici comment nous protéger » s’appliquent à tous, y compris aux professionnels de santé. Les affiches et les prospectus peuvent être téléchargés et commandés sur www.ofsp-coronavirus.ch.

Mesures de protection dans le domaine de la santé

Les mesures de précaution en cas de suspicion ou de confirmation de COVID-19 pour un patient hospitalisé sont disponibles sur le site web de swissnoso : www.swissnoso.ch

A lire aussi : Comment obtenir la majoration pour la vie autonome ?

Les principaux modes de transmission connus à l’heure

actuelle

  • contact étroit et prolongé : c’est-à-dire si vous vous tenez debout pendant au moins 15 minutes à moins de 2 mètres d’un malade.
  • gouttelettes : Si une personne malade tousse ou éternue, les virus peuvent atteindre directement les muqueuses du nez, de la bouche ou des yeux.
  • mains : des gouttelettes infectieuses peuvent se retrouver sur les mains après avoir toussé, éternué ou touché des surfaces contaminées. Ils atteignent ensuite la bouche, le nez ou les yeux lorsque vous touchez votre visage.

Plans de protection dans les bureaux et établissements des professionnels de santé

Selon l’article 6a de l’ordonnance 2, les pratiques et les institutions des professionnels de santé doivent également avoir un plan visant à réduire le risque de transmission pour les patients, les clients et les employés. Les réglementations de l’OFSP et du SECO relatives au droit du travail et à la santé sont disponibles sur la page Plans de protection du SECO. Sur cette base, ainsi que sur la base des principes de prévention de la transmission du virus, mentionnés ci-dessous, les professions concernées seront en mesure d’élaborer des plans complets spécifiques à leur domaine (par exemple : de l’organisation faîtière respective).

Pour pouvoir travailler pendant l’épidémie de COVID-19, respectez les règles de protection de la santé et de sécurité au travail dans votre établissement. Outre les aspects juridiques de la protection des employés, réduisez au maximum le risque de contamination pour vos patients et vos clients. Il n’est pas possible d’éviter complètement les infections ; cependant, le nombre de nouveaux cas doit rester faible et les personnes vulnérables doivent toujours être protégées. Cela permettra de prévenir les décès et de garantir que le système de santé peut prendre soin des malades.

Les trois principes de base ci-dessous visent à empêcher la transmission. Ils ne servent qu’à vous aider à définir des plans de protection spécifiques à votre établissement que vous pouvez mettre en œuvre auprès de vos employés. Le choix des mesures concrètes dépend du risque de transmission dans une situation donnée. Pour évaluer si votre plan de protection est adapté à votre établissement, vous devrez peut-être faire appel à un professionnel ou au organismes chargés de faire appliquer Pour les hôpitaux, les médecins en cabinet et les professionnels (de santé) qui traitent des patients atteints de COVID-19, il existe des recommandations spécifiques concernant les équipements de protection et les soins aux patients.

Principes de base recommandés pour prévenir la transmission du virus : 1. Distanciation sociale et hygiène 2. Protection des personnes vulnérables 3. Confinement social et professionnel des patients et de leurs contacts

Plans de protection dans les bureaux et établissements des professionnels de santé

Conformément à l’article 6a de l’ordonnance 2, les pratiques et les institutions des professionnels de santé doivent également avoir un plan visant à réduire le risque de transmission pour les patients, les clients et les employés. Les réglementations de l’OFSP et du SECO relatives au droit du travail et à la santé sont disponibles sur la page Plans de protection du SECO. Sur cette base, ainsi que sur la base des principes de prévention de la transmission du virus, mentionnés ci-dessous, les professions concernées pourront établir des plans complets spécifiques à leur domaine (par exemple, celui de l’organisation faîtière respective).

Pour pouvoir travailler pendant l’épidémie de COVID-19, respectez les règles de protection de la santé et de la sécurité au travail dans votre établissement. Outre les aspects juridiques de la protection des employés, réduisez au maximum le risque de contamination pour vos patients et vos clients. Il n’est pas possible d’éviter complètement les infections ; cependant, le nombre de nouveaux cas doit rester faible et les personnes vulnérables doivent toujours être protégées. Cela permettra d’éviter les décès et de garantir que le système de santé peut prendre soin des malades.

Les trois principes de base ci-dessous visent à empêcher la transmission. Ils ne servent qu’à vous aider à définir des plans de protection spécifiques à votre établissement que vous pouvez mettre en œuvre auprès de vos employés. Le choix des mesures concrètes dépend du risque de transmission dans une situation donnée. Pour évaluer si votre plan de protection est adapté à votre établissement, il est possible que vous deviez faire appel à un professionnel ou aux organes exécutifs cantonaux. Pour les hôpitaux, les médecins en cabinet et les professionnels (de santé) qui traitent des patients atteints de COVID-19, il existe des recommandations spécifiques concernant les équipements de protection et les soins aux patients.

Principes de base recommandés pour prévenir la transmission du virus :

1. Distanciation sociale et hygiène 2. Protection des personnes vulnérables 3. Confinement social et professionnel des patients et de leurs contacts Achat d’équipements de protection

L’achat d’équipements de protection est partiellement centralisé au niveau fédéral. Les quotas sont distribués aux cantons. Les organisations et les professionnels de santé actifs dans le secteur des soins peuvent obtenir l’équipement de protection auprès des pharmaciens cantonaux. Vous trouverez une liste des pharmaciens cantonaux sous

https://www.kantonsapotheker.ch/fr/lapc/contact Masques de protection

L’OFSP recommande le port d’un masque d’hygiène (chirurgical masques, masques OP) pour :

  • (de la santé) qui examinent ou soignent des patients, des résidents ou des clients sans pouvoir se tenir à une distance d’au moins 2 mètres.
  • Les personnes qui travaillent dans le domaine de la santé et qui fournissent des services impliquant un contact étroit (moins de 2 mètres) avec des patients, des résidents ou des personnes vulnérables (par exemple lors du nettoyage des chambres dans des établissements de soins ou lors de l’entretien de dispositifs médicaux à domicile).
  • Les personnes présentant des symptômes d’une affection aiguë des voies respiratoires qui doivent quitter leur domicile (par exemple, pour une consultation médicale). En l’absence de masque d’hygiène, une distance de 2 mètres doit être maintenue avec l’entourage.

L’OFSP recommande de porter un masque de protection FFP2/3 à :

  • (de la santé) directement exposés au cours d’activités présentant un risque élevé de formation d’aérosols chez les personnes dont la présence de la COVID-19 a été confirmée ou soupçonnée. Il est recommandé de porter un masque FFP2 jusqu’à 30 minutes après l’activité. avec un risque élevé de formation d’aérosols et tant que le malade se trouve dans la chambre.

    Les masques FFP2 peuvent être portés pendant un service complet.

Swissnoso définit les activités présentant un risque élevé de formation d’aérosols (par exemple intubation, ventilation non invasive, bronchoscopie, laryngoscopie). Ces recommandations peuvent être consultées sur leur site Web : www.swissnoso.ch.

Il existe maintenant suffisamment de données scientifiques pour montrer que le SARS-CoV-2 est transmis par contact étroit et par gouttelettes. Les masques d’hygiène suffisent à protéger contre les infections par gouttelettes, lors de procédures médicales générant peu d’aérosols. Les frottis nasopharyngés ne sont pas des procédures qui entraînent la formation d’un gros aérosol, un masque d’hygiène suffit donc.

Utilisation appropriée des masques d’hygiène

  • Avant de mettre le masque d’hygiène, lavez-vous les mains à l’eau et au savon ou avec un produit désinfectant.
  • Mettez soigneusement le masque pour qu’il couvre le nez et la bouche, puis serrez-le pour qu’il s’adapte bien au visage.
  • Ne touchez plus le masque après l’avoir mis en place. Après chaque contact avec un masque d’hygiène usagé, par exemple en le retirant, lavez-vous les mains à l’eau et au savon ou avec un produit désinfectant.
  • En cas de disponibilité limitée, les masques d’hygiène (type II ou type IIR) peuvent être portés jusqu’à 8 heures, même s’ils sont mouillés.
  • En principe, un maximum de 1 masque doit être porté pendant une période de 8 heures et un maximum de 2 masques pendant une période de 12 heures. Les masques d’hygiène (type II ou type IIR) peuvent être changés plus souvent dans certaines situations, par exemple si le professionnel de santé doit s’occuper d’un patient non infectieux après avoir soigné un patient infectieux ou pendant les pauses.
  • Si la disponibilité des masques le permet, lors des soins à domicile, les masques sont changés entre chaque patient.

Gants, pardessus et lunettes de protection

L’OFSP recommande le port de gants et de pardessus pour :

  • les professionnels (de la santé) qui examinent ou soignent des personnes soupçonnées ou fondées de COVID-19 sans pouvoir se tenir à une distance d’au moins 2 mètres d’elles.

L’OFSP recommande de porter une protection oculaire ou des lunettes de protection dans les endroits suivants :

  • (de la santé) qui effectuent des prélèvements nasopharyngés et de la gorge pour détecter le SARS-CoV-2 chez des personnes présentant des symptômes d’une maladie respiratoire aiguë (p. ex. toux, maux de gorge, essoufflement avec ou sans fièvre, sensation de fièvre ou douleurs musculaires).
  • (de la santé) directement exposés à des sécrétions respiratoires ou lors d’activités présentant un risque élevé de formation d’aérosols (tel que défini par Swissnoso) chez des personnes soupçonnées ou confirmées de COVID-19.

Chaque professionnel utilise la même paire de lunettes le plus longtemps possible. Les verres réutilisables doivent être désinfectés après chaque utilisation et conservés à l’abri de la poussière.

Stratégie de réutilisation des dispositifs de protection équipement en cas de pénurie

Des stratégies de réutilisation des équipements de protection peuvent être appliquées. Ces stratégies doivent néanmoins être développées par des équipes expérimentées et accompagnées d’une hygiène des mains irréprochable. Un exemple de stratégie pour la réutilisation des masques d’hygiène est décrit dans les recommandations de Swissnoso disponibles sur leur site Web : www.swissnoso.ch.

Mesures de protection pour les personnes vulnérables

Dans la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, l’accent est mis sur la protection de la santé des personnes vulnérables, qui présentent un risque accru de complications graves. Ces personnes sont invitées à suivre non seulement les règles d’hygiène et de conduite de la campagne « Voici comment nous protéger », mais également les recommandations suivantes :

  • Les visites de la famille, des amis et des connaissances doivent être réduites au strict minimum. Les visiteurs doivent garder leurs distances et respecter strictement les règles d’hygiène.
  • Dans la mesure du possible, n’utilisez pas de transport.
  • Évitez les événements publics (théâtre, concert, événement sportif).
  • Évitez tout contact avec les patients.

Qui sont les personnes vulnérables ?

Les personnes particulièrement à risque courent un risque accru de complications graves. Parmi eux se trouvent les personnes âgées et celles qui souffrent déjà d’une maladie. Les groupes suivants doivent être particulièrement protégés :

Les personnes âgées de 65 ans et plus

Les personnes de tous âges souffrant notamment de l’une des maladies suivantes :

  • un cancer
  • du diabète
  • un système immunitaire affaibli en raison d’une maladie ou
  • d’un traitement traitement de l’hypertension artérielle
  • des maladies cardio-vasculaires
  • maladies chroniques des voies respiratoires

Informations supplémentaires

Documents à jour pour les professionnels de santé

Les professionnels de santé trouveront ici les documents mis à jour avec des recommandations, des informations et les plus importants liens.

Dernière modification 24.04.2020

Source : OFSP

Partager :