Comment retrouver du travail à 59 ans ?

5
Partager :

Droit au chômage des personnes âgées : indemnisation

Comme pour tout demandeur d’emploi, un senior au chômage, s’il remplit les conditions, peut donc bénéficier de l’aide au retour au travail (ARE). Son dernier emploi devait avoir abouti à : un licenciement (mais non lié à son âge), la fin d’un contrat à durée déterminée, un cas de démission légitime, une rupture conventionnelle ou une démission pour mettre en place un recyclage professionnel (tout cela en vertu de l’article L. 5422-1-1 du Code du travail du 1er novembre 2019).

Lorsque vous êtes un aîné, vous devez avoir travaillé un certain temps pour obtenir l’AER. De 50 à 52 ans, vous devez avoir travaillé 6 mois au cours des 24 derniers mois précédant la demande. À partir de 53 ans, les périodes de travail étudiées s’étendent sur les 36 derniers mois. L’aîné doit avoir travaillé 6 mois sur ces 36 mois.

A voir aussi : C'est quoi le foyer ?

La durée de l’indemnisation des personnes âgées varie en fonction de leur âge :

  • de 50 à 52 ans, la période d’indemnisation maximale est de 24 mois
  • de 53 à 54 ans, elle passe à 30 mois ( 6 mois si le senior est en formation)
  • à partir de 55 ans, cette période équivaut à 36 mois.

Les salariés âgés de 59 ans qui se retrouvent au chômage ne sont pas concernés par la dégressivité de l’allocation chômage affectant les cadres supérieurs (les salariés ayant un salaire brut supérieur à 4500 euros par mois pourraient voir leur allocation chômage réduite de 30% après 6 mois, avec un plancher de 2530 euros).

Lire également : Quel est le meilleur endroit pour vivre en France ?

Le maintien des droits

Après un certain âge, un cadre au chômage a peu de perspectives d’emploi. Il peut y avoir une transition entre les allocations de chômage et la retraite. Comment ?

Si l’aîné est toujours indemnisé par l’assurance-chômage alors qu’il peut prétendre à une pension complète, c’est-à-dire qu’il dispose du nombre de trimestres nécessaires, il peut demander le paiement même s’il n’est pas arrivé au terme de ses 36 mois d’indemnisation. La pension de retraite fera alors suite à l’assurance chômage. Il sera toutefois nécessaire de déposer une demande de liquidation de la pension auprès des régimes d’assurance vieillesse.

Si le senior a 62 ans (chômeur depuis 59 ans), et a donc épuisé ses droits à indemnisation avant de réclamer sa pleine pension, il peut bénéficier du maintien du droit aux prestations tant qu’il ne peut pas prétendre à une pension complète (c’est-à-dire à l’âge de 67 ans maximum). Cela n’est possible que s’il :

  • est âgé d’au moins 62 ans
  • a été indemnisé pendant au moins un an
  • a validé au moins 100 trimestres pour la retraite
  • est couvert par l’assurance chômage depuis au moins 12 ans (s’il a cotisé, en somme)
  • peut justifier une période d’emploi d’un an continu ou de 2 ans de façon discontinue au cours de ses 5 dernières années de travail.

Être au chômage avant 59 ans et ne pas recevoir 36 mois d’indemnisation à 62 ans est une situation beaucoup plus compliquée à gérer. Cela peut entraîner une longue période de chômage non rémunéré ! Il peut donc être intéressant de reprendre une activité réduite et de combiner indemnités et salaire afin de retarder la fin de ses droits et/ou d’en acquérir de nouveaux.

Qu’en est-il de la cotisation de retraite ?

Les périodes de chômage sont prises en compte dans le calcul des droits à pension. Il est ainsi possible d’avoir jusqu’à 4 trimestres par an. Cela peut concerner à la fois le régime de base et les régimes complémentaires. Pour le plan de base, une période de 50 jours d’indemnisation vous donne droit à un trimestre. Les régimes complémentaires (tels que l’AgirC-ArrCo) fonctionnent selon un système de points basé sur un salaire de référence journalier (plafonné à 4 plafonds de sécurité sociale, soit 164 544 euros selon l’échelle 2020). C’est ce qui sert de base au calcul de l’AER.

Les demandeurs d’emploi non rémunérés âgés de plus de 55 ans peuvent ainsi valider jusqu’à 20 trimestres pour leur retraite, mais uniquement s’ils ont cotisé pendant au moins 20 ans au plan de base. Attention, le le montant de l’AER n’est pas pris en compte pour le calcul de la pension de retraite.

Lisez aussi : Droits au chômage après 60 ans : réglementation

Partager :