Quand consulter un gériatre ?

20
Partager :

Qu’est-ce que la gériatrie ? Réponse d’un gériatre La gériatrie vient du grec geron qui signifie vieil homme.

Il fait référence à la médecine des personnes âgées et est dédié aux maladies liées au vieillissement. Les objectifs de cette spécialité médicale, dans laquelle la prise en charge du patient est globale, sont de maintenir ou, le cas échéant, de rétablir l’autonomie fonctionnelle des personnes âgées.

A lire en complément : Comment vivre après 60 ans ?

Malheureusement, malgré son intérêt évident, la population des gériatres croît beaucoup plus lentement que la population âgée. En outre, la plupart des gériatres exercent actuellement dans des maisons de retraite.

A lire en complément : Résiliation : résilier sa mutuelle santé Klési Mut

Pourquoi la gériatrie suscite si peu de vocations ?

Quels sont les freins ?

Que peut faire un gériatre pour une personne âgée ?

Nous avons posé toutes ces questions, et bien d’autres, à la Dre Nicole Jacquin-Mourain, gériatre à la retraite, présidente de l’Association des gériatres libéraux et fondatrice d’Anggel’dom, une plateforme de soutien à domicile.

Bonjour Dr. Jacquin-Mourain, pour commencer, pouvez-vous nous parler de votre carrière de gériatre ?


Dr Jacquin-Mourain : J’ai terminé mes études de médecine en 1979 et j’ai rejoint un service de gériatrie et cela m’a plu. J’ai été praticien hospitalier pendant vingt-cinq ans jusqu’à ce que je règle le problème. Rien n’allait de l’avant. Au départ, nous avions 105 lits répartis sur trois étages et lorsque j’ai démissionné, nous avions une infirmière dans l’après-midi pour les trois étages. C’est plus une garderie que des médicaments. En tout cas, ce n’est pas un médicament pour les personnes âgées comme je le pensais . De plus, chaque projet que j’ai essayé de mettre en place pour faire bouger les choses a pris un ou deux ans pour obtenir une réponse négative. J’ai demandé à faire une UD réservée aux praticiens hospitaliers, qui s’appelle EPAM. Il s’agit d’une UD en partenariat avec l’Ecole des Mines de Paris. Ils ne voulaient pas me payer parce que c’était inutile pour l’hôpital. J’ai payé cette formation de mon propre chef et j’ai donné ma démission.

Ensuite, je me suis occupé des deux des maisons de retraite privées et publiques et je ne pouvais pas le supporter.

Mon éthique était en contradiction avec le fonctionnement de ces établissements. Je suis donc allé m’installer en tant que gériatre libéral et là, c’était génial. J’ai eu beaucoup de patients rapidement parce que les gens sont heureux quand on prend soin d’eux, qu’on les écoute et qu’on leur rend visite à la maison . Le revers de la médaille, c’est que je travaillais plus de douze heures par jour avec 70 % des visites à domicile à la fin. J’ai fini par ne plus tenir la distance : une consultation gériatrique, ce n’est pas « cinq minutes que vous prenez la tension artérielle sans vous déshabiller ». Il faut écouter la famille, les soignants, le patient. Vous devez l’examiner puis rédiger l’ordonnance en expliquant tout ce que vous faites. Il s’agit donc de consultations d’au moins une heure au bureau et bien plus encore à domicile si l’on compte le temps de trajet et le stationnement, qui sont de plus en plus difficiles à Paris. Lorsque j’ai pris ma retraite, j’ai poursuivi une réflexion que nous avions entamée au sein du Association des gériatres et gérontologues (ANGGEL), dont j’étais président. Nous avions beaucoup réfléchi à la question du soutien à domicile. Nous avons pu constater qu’il y avait un problème. Les gens ne veulent pas aller dans des maisons de retraite et ils ont raison. Moi qui y ai travaillé, je ne peux pas les encourager à le faire. Mais il n’y a pas toujours une famille à prendre en charge et quand la famille n’est pas présente, nous ne pouvons pas faire grand-chose, même si certains soignants professionnels sont vraiment bons, le soutien à domicile a un coût important. Cela dit, le coût sera toujours inférieur à celui d’une admission dans une maison de retraite parisienne dont le coût par mois est supérieur à 4000 euros.

Avez-vous l’impression que la gériatrie intéresse les jeunes médecins aujourd’hui ?

La gériatrie existe en France depuis 2004 grâce à l’Europe et à la canicule de 2003. Sauf que nous n’avons toujours pas de nomenclature. Nous avons une spécialité, la spécialité 34, mais aucune nomenclature codifiée. Ce qui est très pervers. Pourquoi ne pas nous en avons un, parce que les omnipraticiens voient l’arrivée d’une nouvelle spécialité avec un très mauvais œil, ce qui est stupide parce que nos consultations sont beaucoup plus longues. Il n’est pas compatible avec la médecine gériatrique. La pédiatrie qu’ils n’aimaient pas déjà et la gériatrie ils n’en voulaient pas et les professeurs de gériatrie veulent garder les gériatres à l’hôpital. Pourtant, il y a de jeunes médecins qui cherchent à s’installer en tant que gériatres. Quand j’étais président d’Anggel, je recevais plusieurs demandes par semaine, mais comme il n’y a pas de nomenclature, à moins d’avoir un autre poste dans un hôpital ou une maison de retraite, ils ne peuvent pas en vivre. Je leur dis non à contrecœur. Je n’ai pas pu obtenir de nomenclature.

Pensez-vous que la gériatrie mérite une meilleure exposition ?

Oui, cette spécialité devrait être mieux reconnue et pourrait être exercée de manière libérale, au même titre que la neurologie ou la psychiatrie. Nous aurions besoin d’une nomenclature adaptée avec des actes longs et chronophages.

Quels sont les obstacles au développement de la gériatrie libérale ?

Le plus important est l’absence de nomenclature car elle ne permet pas à un gériatre de gagner suffisamment d’argent pour vivre de sa pratique. Les horaires sont également compliqués, il y a beaucoup d’intervention d’urgence. La nécessité de faire la plupart des visites est également un obstacle car la visite prend beaucoup plus de temps, y compris les temps de trajet et les problèmes liés au stationnement en ville. Enfin, la gériatrie est une profession très féminisée qui n’est pas compatible avec les contraintes des femmes, notamment celles qui ont des enfants.

À partir de quel âge une personne âgée doit-elle consulter un gériatre ?

C’est une bonne question À partir de quel âge sommes-nous vieux ? Un adolescent te le dirait à 35 ans, Balzac aussi. L’OMS dit avoir 65 ans et la Sécurité sociale dit avoir 75 ans. Normalement, les gériatres ne devraient traiter que les personnes de plus de 75 ans. Nous éliminons tout ce qui est fondamental en matière de prévention. Quand j’étais en affaires, j’emmenais des personnes dès l’âge de 60 ans. Pour l’instant, ils ne m’ont jamais dérangé avec ça. Il y a des gens qui étaient prêts à payer plus cher pour voir un gériatre. Théoriquement, vous devez consulter votre médecin traitant. Les gens venaient directement vous demander d’être leur médecin traitant. Cela ne me pose aucun problème parce que les quelques médecins traitants qui m’en ont envoyé n’étaient que des clients ingérables que nous ne pouvions pas maintenir chez nous à moins de les assommer avec des sédatifs. Il y a des gens qui ne veulent pas voir un gériatre quand ils le devraient parce qu’ils pensent qu’ils sont trop jeunes. Il est intéressant de choisir un gériatre comme médecin traitant car il est conscient des problèmes spécifiques aux personnes âgées, comme l’iatrogénie.

Pourquoi nous expliquez-vous ce qu’est l’iatrogénie et pourquoi nous devons être plus vigilants envers les personnes âgées ?

Souvent, les personnes âgées voient différents médecins qui ne se connaissent pas et ne savent pas s’il y en a d’autres ordonnances. Les personnes âgées ne sont pas nécessairement référées par leur médecin traitant. Ils vont au gastro, au cardio, au rhumato et chacun fait sa prescription pour 3 ou 4 produits qui ne sont pas tous compatibles les uns avec les autres. L’association de médicaments incompatibles provoque des réactions anormales pouvant entraîner des hospitalisations pour des médicaments iatrogènes. C’est la troisième cause d’hospitalisation en France chez les personnes âgées, ce qui est surréaliste. Avec Anggel’dom, nous voulions centraliser les informations sur une tablette. Nous entrons dans l’histoire de la personne âgée, ses pathologies habituelles et les traitements actuels. Ce dossier médical est hébergé dans le cloud sur une plateforme accessible en permanence. Lorsque le médecin traitant est en vacances, le médecin suppléant peut consulter le dossier complet.

J’imagine qu’il est également très utile en cas d’hospitalisation ?

En effet, souvent lorsque les patients contactent les urgences, ils ne sont pas en mesure de donner leurs pathologies ou leur traitements. Nous sommes dans un flou artistique et lorsque nous ne le savons pas, nous nous couvrons et nous hospitalisons. En consultant le dossier médical, nous pouvons reconstituer l’historique du patient et prendre la décision d’hospitaliser ou non. Je l’ai utilisé pour mon père, quand j’ai pris ma retraite, je suis parti en voyage à l’étranger et après trois jours, l’infirmière m’avertit par le biais de la tablette parce que son état de santé était dégradé. J’avais peur de devoir rentrer chez moi mais l’infirmière m’a décrit les symptômes, j’ai envoyé une ordonnance par le biais de la tablette de test sanguin, avec le décalage horaire, j’ai eu les résultats le soir même, j’ai changé tout de suite son traitement, j’ai renvoyé une ordonnance et il s’est tout de suite rétabli. Avec un dossier médical basé sur le cloud, vous pouvez gérer de nombreuses tâches à distance. Par exemple, lorsque les escarres commencent, on prend la photo, on l’envoie au médecin qui n’a pas besoin de voyager, il envoie une ordonnance et c’est tout. Nous allons y arriver parce qu’il y a de moins en moins de médecins et que les voyages sont compliqués. J’ai eu ont participé à une réunion organisée par Paris pour poursuivre les visites à domicile et la seule solution qu’ils ont trouvée était de nous proposer de prendre un abonnement Velib’ !

Le soutien à domicile est populaire auprès de neuf Français sur dix mais il devient de plus en plus difficile de trouver des aides, qu’en pensez-vous ?

C’est surtout à Paris que le problème se pose car les soignants viennent de loin. S’ils obtiennent un meilleur emploi, ils démissionnent. C’est pourquoi dans notre solution, nous avons souvent du mal à travailler avec le SAAD ou l’ADMR car justement ils envoient du personnel qui change tout le temps, alors que pour les personnes âgées, il faut en retenir le plus possible. Ils aiment voir les mêmes têtes tout le temps, faire des rituels, toujours faire les toilettes dans le même sens, etc.

Quels sont les problèmes que vous rencontrez avec les soignants ?

Il y a une grande différence entre Paris et la province. Dans les provinces, les soignants professionnels avaient leur foyer, ils étaient loyaux. À Paris les filles font de longs voyages pour un très mauvais salaire, elles vont dans de beaux appartements, dans des maisons de retraite où les gens paient 6000 euros. Il y a un problème de génération, de culture. Je me souviens qu’une fois dans une maison de retraite, une fille nourrissant une personne âgée debout, ses écouteurs sur les oreilles, sonnait comme « je fais mon travail mais ça me fait foirer ». J’ai dû la rappeler à l’ordre mais elle ne s’en est pas rendu compte. Lorsque vous prenez soin d’une personne âgée, vous devez vous asseoir à côté d’elle, créer un lien, parler de la pluie et du beau temps. Ces personnes sont très seules, tant à la maison que dans les maisons de retraite, et ce lien est important. Toute personne qui passe par la maison doit être informée des spécificités de la relation avec les personnes âgées fragiles.

Envisagez-vous d’autres professions que les professionnels de la santé ?

En effet. Je vais vous raconter une anecdote. En tant qu’expert, on m’a demandé d’aider une famille dans un conflit avec un électricien. La personne âgée avait des problèmes cognitifs, elle était chez elle. Un électricien est intervenu et à midi il avait laissé son matériel par terre, il était allé déjeuner en disant qu’il revenait à deux heures, sauf que la dame n’avait pas compris, elle avait pris tous les outils pour les ranger un peu partout dans l’appartement. À son retour, l’électricien a eu une crise, il a crié, et le patient n’a pas compris. La famille a déposé une plainte et ils m’ont contacté pour donner un cours aux électriciens sur la maladie d’Alzheimer. Comment parler aux malades et quelle attitude avoir. J’ai pensé que c’était très intelligent de le faire car il y a de plus en plus de personnes âgées seules à la maison et elles auront toujours des problèmes domestiques. Les personnes qui ne savent pas peuvent être très difficiles. Les personnes âgées aiment ranger !

Dans quelle situation un soignant à domicile est-il impliqué et dans quelle situation le soignant est-il suffisant ?

Les aides infirmières sont de plus en plus difficiles à obtenir à Paris. Ou s’agit-il d’anciens élèves qui ont quitté l’hôpital et veulent travailler comme ça, mais certains travaillent toujours en binôme avec la même infirmière. Ce sont toutes les infirmières qui essaient de s’entourer de personnes qu’elles connaissent parce qu’il est vrai qu’il y a des cas où les aides ménagères, laissées à elles-mêmes, font n’importe quoi et l’infirmière est un peu comme l’œil de Moscou. J’ai donc eu une patiente dont la fille vivait à Londres. Sa mère était à Paris avec une dame russe qui la gardait et elle hébergeait toutes ses copines. Ils ont utilisé de la nourriture réservée aux personnes âgées dans le frigo…

Que pouvez-vous faire pour éviter ces désagréments ?

C’est une question de formation. Nous essayons de les former à notre méthode, aux bonnes pratiques. La façon dont vous donnez de la nourriture est importante pour éviter les fausses routes alimentaires . Nous leur expliquons comment donner de la nourriture, comment parler à une personne atteinte d’une maladie. La plupart des assistants sont très mal formés, cela change tout le temps, les entreprises de chiffre d’affaires n’ayant pas le temps de les réformer. À l’hôpital, j’ai dû faire 200 fois plus de formation sur le lavage des mains et le port de gants. J’ai même fait une comédie parce que ce n’était rien. Il y en avait une qui enfilait sept paires de gants et à chaque fois qu’elle changeait de chambre, elle en enlevait une. Elle pensait gagner du temps. Les mesures d’hygiène de base ne sont pas connues. La première chose à faire est de se laver les mains. Vous ne pouvez pas prendre soin d’un patient autrement. Vous frappez à la porte avant de rentrer chez vous, attendez que vous disiez « entrez », à moins qu’ils ne soient sourds.

En termes de santé et de durabilité du soutien à domicile, y a-t-il une différence significative selon le niveau d’implication des soignants familiaux dans le processus ?

Chaque cas est spécial. Il est généralement bon d’avoir des soignants familiaux. Il peut y en avoir plusieurs. Il peut y avoir des conflits émotionnels entre les soignants familiaux, la rivalité éternelle des frères et sœurs. Mais dans l’ensemble, c’est toujours plus facile. C’est soit le conjoint, soit les filles. Les autres ne s’impliquent pas trop, même si cela arrive. On ne peut pas généraliser. Parfois, ils ont tendance à penser plutôt, à faire à la place, à dire à la place et au lieu de stimuler les personnes âgées, cela les déprime un peu plus mais en même temps ils sont là tout le temps et ils sont fatigués. C’est pourquoi nous parlons de séjours, de plateformes d’accueil et de regroupement. Ils ne veulent pas toujours lâcher prise parce que c’est une relation un peu ambiguë : « Je fais tout pour toi mais en même temps je ne veux pas lâcher prise ». C’est assez surprenant mais il est vrai qu’ils sont fatigués mais en même temps ils sont très attachés. Ils le font bien, avec cœur dans la plupart des cas.

Y a-t-il des cas où il n’est pas réaliste de rester chez soi dans l’état actuel du logement ?

Soit les personnes âgées et les enfants acceptent d’apporter des changements, soit ils ne sont pas d’accord. S’ils sont d’accord, nous pouvons apporter les modifications. Sinon, nous prenons des risques et je n’aime pas trop. Je rédige un rapport écrit indiquant les ajustements à apporter. Si tu veux vraiment rester chez toi jusqu’à la fin, il faut anticiper tous les handicaps possibles. Il est dans votre intérêt d’adapter ou de choisir un appartement adapté à tous les handicaps.

Pensez-vous pouvoir rester chez vous jusqu’à vos derniers instants ?

Si les personnes âgées et leurs proches sont dans cette perspective et c’est ce qu’ils veulent, nous ferons tout notre possible pour y parvenir. Avec le système de directives anticipées, les gens écrivent ce qu’ils veulent et ce qu’ils ne veulent pas. Ils ont le droit de changer tous les trois ans. Je pense que nous devons respecter les choix des personnes âgées. Il y a également le mandat de protection future qui n’est pas suffisamment connu. Il désigne la personne de confiance qui prendra les décisions lorsque vous n’êtes plus en mesure de les prendre. Il est préférable d’anticiper les mesures de protection légales. Avoir sa propre maison signifie être libre et le sentiment de liberté est important. Chez nous, le français, c’est important.

Nous sommes également très attachés à notre maisons.

Oui, et aux objets. Tout le monde raconte une histoire. Je pense qu’il est important de protéger cela tant que nous le pouvons. La fin de vie à la maison est terminée. Il existe des équipes de soins palliatifs. Même lorsque des personnes sont alitées. Mettez le lit qui vous va bien, le matelas qui va bien, nous mettons tout ce dont vous avez besoin qui se passe bien. La seule chose que nous ne savons pas gérer à la maison et qui peut être dangereuse pour la personne et l’environnement, ce sont les troubles du comportement. Mais tout ce que nous pouvons gérer.

D’autres objets ?

  • Qigong : le secret de la longévité ? Le
  • TOP 3 des meilleures montres connectées Garmin testées pour encourager l’activité sportive pendant notre programme avec les Hauts de Seine
  • Choisir un club de lecture, pas si facile : comment ça marche
  • Denis 82 ans en pleine forme et les aliments qu’ils mangent depuis qu’ils sont petits : pissenlits, ours
  • Entraînement cérébral : Comment jouer à Ruzzle pour améliorer la concentration de Denise ? ail

Partager :